Au jardin

Sa féminité explosive se délite dans tes mains. Ses doigts ont caressé son sexe, tu le sais. Tu pensais la quitter sage, après midi repos, un transat au soleil, un peu de lecture, son portable sur la table du jardin. Et tu la retrouves pantelante, les seins tendus, le sexe gonflé et les doigts d’une saveur poisseuse que tu reconnais entre mille. C’est le goût de sa chair, la saveur du désir, l’acide parfum de son corps, invitation à la luxure.
A-t-elle fantasmé sur les mots d’une autre ? A-t-elle regardé quelques images pornographiques ? S’est-elle caressée en pensant à toi ? Ou à quelqu’un d’autre ?

Sa liberté t’affole. Son désir affiché, assumé, te tétanise autant qu’il t’excite. Cette femme s’est insinuée entre ta peau et toi, tu voudrais être dans sa tête, dans ses pensées… Mais tu ne peux être que dans son corps, alors tu t’y noies dès que tu peux. Et là… Dans ce jardin… Avec sa robe légère et ses seins pointus, elle t’excite et te trouble… Tu sens ton sexe durcir dans ton jeans. Tu lèches ses doigts. Tu embrasses son poignet. Elle te provoque du bout des lèvres, dérobe ses yeux, tu ne sauras pas. Alors tu l’attrapes par les hanches, et relève sa robe… Les voisins peuvent vous voir mais tu n’en as cure. L’intrépide demoiselle qui charme tes nuits est docile le jour. Tu écartes ses jambes. Aucune étoffe ne cache à ta vue son sexe, luisant, rose, avide. Tu t’accroupis au bord de ce transat bancal. Tes lèvres embrassent ses cuisses, ta langue se faufile et découvre son clitoris pourpre. Tu bois son humidité, tu sais où appuyer le geste, comment faire durer son plaisir… D’ailleurs, son bassin ondule, déjà… Elle gémit légèrement, tu ne veux pas aller trop vite… Attendre encore, lui donner le temps de savourer, de s’impatienter… Elle aggripe ta tête, écarte ses jambes pour s’exposer plus encore au contact de tes doigts qui écartent ses fesses… Tu prends les fines chairs entre tes lèvres, aspires et taquines. A la façon dont elle plaque ton visage contre son sexe, tu sais qu’elle est au bord d’un orgasme électrique, de ceux qui traversent les cuisses, les seins, les yeux, et la profondeur du ventre. Elle guide ta main vers son sexe, enfonce tes doigts dans son corps, serre les cuisses autour de toi. Tu sens son sexe qui se contracte, elle murmure ton nom.
Tu n’avais pas remarqué à quel point son plaisir t’excitait… Tu éjacules dans l’instant, alors qu’elle jouit de ta langue, ta main, ta bouche, tes cheveux, tes yeux, tes lèvres, toi. Respire.

1 Comment

Laisser un commentaire