Comme demain.


Au matin bleu, j’ai regardé le lit… Il sentait vous. Les draps dansaient de nos émois, de ces heures brûlées, de ces chavirements incertains, de la sueur de votre ventre au bord du mien. A la blancheur lumineuse de nos vies, j’ai rêvé hier comme un ballet, votre trouble comme un sourire, votre désir comme un amour.

Oh j’ai aimé vos lèvres sur mon sein, dessinez les ombrages, dévorez la pointe sensible, suçotez mes arrondis, contournez la dentelle.

Oh j’ai aimé vos silences, entre mes cris et votre souffle, entre les mots d’envie et l’émotion pure. Le frisson ne se dit qu’entre deux, au fond de mes yeux vous avez lu, je peux raconter mille histoires, vous savez mon désir.

Oh j’ai aimé votre nuque, qui courbe sous le poids du voyage, entre mon ventre et mes fesses, l’inclinaison de votre bouche vers la moiteur de la figue, vers l’intrigante mercerie.

Oh j’ai aimé, j’ai aimé votre main sur ma peau, votre main dans mes cheveux, votre main sur ma fesse, votre main à mes pieds, votre main dans mon sexe, votre main dans ma bouche, votre main encore.

Oh j’ai aimé les rythmes doux, et les envolées, j’ai aimé votre audace et votre sexe bandé, j’ai aimé la tendresse, puis l’intensité, les danses barbares et la félicité.

Oh j’ai aimé m’allonger près de vous, vous regarder respirer, dormir et revenir, dans nos nuits enneigées, vous entendre dans l’abandon confiant, nos doigts croisés, peaux collées, emboîtés.

Oh j’ai aimé des heures après, l’odeur de votre sexe sur mes vêtements, l’odeur de vos cheveux sur mon oreiller, le goût de vous dans ma bouche.

Oh j’ai aimé, j’ai aimé terriblement penser à vous chaque jour, jouissant de mes sens, de mes émois inattendus, jouissante encore au matin venu d’avoir rêvé à votre peau, jouissante de vous retrouver au bord de l’eau, comme une promenade inédite, un voyage inconnu, un monde inventé, un plaisir inégalé.

Oh, j’ai aimé, j’ai aimé beaucoup, j’ai aimé follement, j’ai aimé sagement, j’ai aimé avec impudeur, avec folie, avec ardeur, j’ai aimé un jour, et un autre encore. Je me souviens de tous, heures intenses, frissons marbrés d’un appétit à rassasier.

J’ai aimé, et j’aimerai encore, avec la même volupté.

Laisser un commentaire