Des mots


Un soir, un rêve, des mots juste des mots, et peser le sens, chercher la finesse, murmurer la folie, hurler en silence.

Cet homme dans mes yeux, 

imaginer le partage des heures, 
l’attraction des mots, 
grappes parfumées qui s’agglutinent entre les sourires, 
fruits de vie comme morsure, 
et puis la peau,
la chair douce, 
les lèvres gourmandes, 
l’envie brûlante d’y goûter, 
pressentir les mains, les caresses et les voyages moites, 
espérer l’instant suspendu, 
quand les corps ne se touchent pas encore, 
que la chaleur irradie le désir à la pulpe du ventre, 
quand les seins se tendent vers l’autre, 
courbes électriques, 
bouche entr’ouverte.

A l’heure de mes faiblesses, tôt matin, j’ouvre l’âme et les yeux, je garde la peau offerte à l’absolu, indicible désir.

Le désir au ventre, acharnement de vie, être prise, pleine de vos doigts,

Laisser un commentaire