Ecoute.

Une énergie nouvelle me traverse et dresse mes seins au long du jour. Tenues par le fil du désir, mes vertèbres s’égrènent sur la ligne de joie, chemin aux multiples vallées vers le creux de mes reins.
J’étais la braise, je suis le feu. J’ai explosé toutes les barrières entre la pudeur déplacée et la réalité du désir. Je suis entière.

Dire.

Je veux te dire. La lumière sur ta peau. Le sourire dans tes yeux.  La douceur dans ta voix. Le rire, oh, ce rire.

Je veux te dire. Mes lèvres qui t’approchent. Ma joue qui te caresse. Ma main qui te rencontre. Ma peau qui t’appelle, mes hanches qui te réclament, mon sexe qui te cherche.

Je veux te dire. La reconnaissance de l’être. L’appel de la complétude. L’extraordinaire élan. L’avide  jouissance. L’apaisement du partage. La confiance absolue.

Je veux te dire l’amour. Et le plaisir, et le désir, et la tendresse, et le respect, et la joie, et l’inconnu, et le temps.

Et, bien sûr, tu as entendu ? L’amour. . . 

Laisser un commentaire