Bis repetita

Le lit est encore tiède. Mon corps est couvert de cette légère perle de sueur, que la jouissance dépose même les soirs d’hiver.

Il y a un grand silence.

Je sursaute encore un peu, un dernier frisson au fond du ventre, une ondulation des reins qui dit merci.

Ce soir, Darling, je n’étais que chair humide, seins ronds et ventre goûlu. Votre bouche était ma raison, votre sexe mon âme.

Ce soir, fi de la politesse, vous n’avez pas demandé, et je n’ai pas dit non. Je vous ai ouvert mon antre, et ma petite folie. Ma bouche a baisé votre cou, et ma langue a goûté vos doigts. Mes lèvres ont dévalé votre corps, mes envies ont mordu votre épaule.

Il y avait un peu de rage, contre l’imbécilité du monde, et un appétit d’ogresse.

Je veux dévorer, Darling, ce temps qui file et votre sexe droit. Je veux goûter la nuit, et le sel qui perle à votre envie.

A chaque coup de reins, j’ai répondu deux fois, par la vague et la joie.

Laissez-là les armes, les crises, les doutes et les coups bas. C’est au bonheur des corps que la vie se dessine, à oublier la mort, à oublier le temps.

Darling, présentez-moi ce vit, encore, que je savoure encore un peu le goût de mon sexe sur votre queue,

que je me souvienne de l’acide des femmes, et du salin de l’homme,

que de baisers par-ci et de coups de langues par là, j’emmène votre gland vers mes gorges veloureuses,

que de ces coulisse humides, l’élan vous reprenne.

Alors je vous dirai, Darling, une autre fois, combien votre corps m’agrée, combien vos doigts dans ma chair provoquent l’émoi, combien votre bouche, vorace, précise, ou joyeuse, et je perdrais les mots, car le plaisir encore, ce frémissant voyage entre pudeur et extase, et le râle du ventre, le souffle court, les corps emmêlés et mes doigts entre vos fesses, aiguillon délicat, si vous saviez la douceur.

Votre corps danse, Darling, il danse autour de moi, je sens ces pulsations qui annonce encore,

et votre main se crispe sur ma fesse, puis se relâche,

vous perdez souffle,

vous goûtez joie.

Ce soir, encore, et par deux fois.

Laisser un commentaire