La nuit

Ton corps sur le lit. Ton corps que tu abandonnes à mes mains, à ma bouche, à mes lèvres. Ce corps réactile, imparfait, humain, c’est un merveilleux cadeau.
Ce corps fragile et fort, ce corps aux arrondis anguleux, aux aspérités de vie, ton corps que je regarde depuis longtemps, j’en prends soin ce soir, je le nourris de mes carresses, je l’abreuve de mes baisers.
Surtout il y a ta peau, chaude, douce, électrique. Je la lis du bout des doigts, j’apprends ton histoire, je goûte tes mots dans le sel du jour. Je goûte à tes rêves en embrassant ton cou, je lèche tes mots au creux de tes mains, je savoure ton désir au contact de ton ventre. Je réveille tes heures au bord de ta hanche gauche, j’explore tes regrets, aux courbes de tes fesses.
Je mords la vie de tes cuisses, je redresse ton sexe du bout de ma langue.

Tu aimes ?

Laisser un commentaire