Les yeux ouverts

Il y a une semaine, il y a 20 ans, il y a un siècle, j’ai joui.
J’ai joui comme on défroisse le silence, dans un discret gémissement, quand l’air est parti en parfums humides.   
J’ai joui comme on survit à l’eau, dans un dernier sursaut de peau, avec violence, avec émotion.
J’ai joui comme on s’émeut de la chair, comme on vainc ses frissons, comme on éclabousse la lumière, sans pudeur, abandonnée.
J’ai  joui les yeux ouverts, tes doigts dans mon sexe, et la bouche en murmure, n’osant dire ton nom, poussière d’un rien que j’appelle tout.   

2 Comments

Laisser un commentaire