Point d’interrogation


Ca fait un moment qu’on se lit, vous et moi, qu’on se raconte en quelques mots, qu’on se devine, qu’on s’apprivoise pour certains, qu’on se tente pour d’autres, qu’on s’aime aussi.

Et je vous en parle, je l’imagine, je le désire… Je le caresse, je le savoure, je le chevauche… Je parle, Chéri, de votre dard, votre tige, votre chibre, votre zob, votre manche, votre braquemart.

Je parle, Darling, de votre sexe.

En matière de pénis, la vie m’a appris qu’ils sont comme les humains : certes il y a des ressemblances, des moyennes, des affinités plus ou moins grandes, mais chacun est différent. Et il y a moyen de trouver matière à désir en chacun, même les plus laids, même les plus baveux.

Et pourtant, parfois je reste perplexe. Pas sur ce qu’il convient d’en faire, non… Bien sûr, non.

Mais quand je vous lis, messieurs, quand je vous observe, discrètement en rue, ou en réunion, voire sans complexe en souriant, je ne comprends pas toujours ce lien qui vous unit à votre sexe.

Par exemple, il y a ce petit geste qu’on peut rester des années sans remarquer. Un jour, on le voit, on réalise, on tique sur la main qui frôle le bas de la poche, voire les boutons alignés, sur le tissu que vous relevez, sur les doigts qui cherchent le sexe… Mais que faites-vous ? Est-ce là l’équivalent de notre manie de tirer sur la petite culotte qui glisse entre nos fesses ? Croisez donc un regard, quand vous pensez que nul ne vous voit… Rougirez-vous ?

A dire vrai, depuis l’enfance, une question me taraude. Si mes seins généreux m’ont parfois posé quelque souci, leur croissance m’obligeant à changer ma façon de bouger, de m’habiller, usant à l’occasion d’un décolleté audacieux, faisant de la difficulté une force. Mais vous… Votre sexe, excroissance d’entrejambe, alors même que la mode occidentale vous fait porter le pantalon… Ca ne vous gêne pas ? Vous n’aimeriez pas porter la jupe, plutôt ?

Et puis, j’ai des questions faciles, mais pourtant… 

De combien grandit votre sexe entre le repos et l’érection ?
Comment faites-vous le matin, quand, seul face à la cuvette, avec une érection digne de vos plus belles heures de désir, il vous faut soulager votre vessie ? 
Vous bandez combien de fois par jour, en vrai ?
Vous avez donné un petit nom/sobriquet/surnom à votre sexe ?

Et… je peux, encore une petite question ?

Il y a quelques jours, un homme ni sage ni romantique m’a expliqué froidement – et ça m’a littéralement glacé le sang- que dans toute relation, l’objectif inconscient de la femme est la castration de l’homme, alors que l’objectif de l’homme, c’était la dissémination de son sperme, afin d’assurer sa descendance. Et que regarder du porn était la façon pour l’homme de garder le contrôle de son sexe, d’envoyer à la femme un message du type « tu vois, tu ne peux pas t’approprier mes couilles, car je continue de jouir en regardant d’autres femmes »… Vous n’auriez pas une explication un peu plus convaincante à me proposer ?

Vos réponses peuvent être adressées par mail à nora.gaspard@gmail.com, ou en commentaire de ce billet. 


Et vous, vous avez des questions ?

Juste pour le plaisir… Un lien découvert aujourd’hui : Make love, not porn, via Rue69. Parce que dans la vraie vie, ça goûte pas pareil… http://makelovenotporn.com/

8 Comments

  • Je réponds en commentaire, faut bien que je laisse s&#39;épancher mon côté exhibitionniste. <br /><br />Commençons par la question : pourquoi se mettre la main au paquet ?<br />Il y a plein de raisons possible. Il peut ne pas être à la place qui nous convient (après une érection, par exemple), alors on le remet en place. La peau des couilles peut s&#39;être coincée (ça arrive avec un pantalon

  • Bonjour Nora<br /><br />Pour des détails techniques très précis, je vous recommande l&#39;excellent ouvrage &quot;Pénisatlas&quot;, en vente dans toutes les bonnes boucheries !

  • Semble-t-il, le lien que j&#39;ai indiqué n&#39;est plus tout à fait à jour, et le paramètre serait selon mes informations tout simplement « cocher ou non l&#39;option &quot;reconnaissance de mots&quot; » quelque part dans la nouvelle interface.<br /><br />Votre commentatorat d&#39;avance reconnaissant.

  • Ai-je le droit de m&#39;impatienter de voir ma question toujours sans réponse ?<br /><br />(Et, par ailleurs, de voir que vous ne nous avez toujours pas épargné la saisie d&#39;éprouvants captchas en désactivant dans votre interface blogspot le contrôle des mots pour les commentaires, hmmm ?)

  • J&#39;ai répondu, de ci de là, ailleurs et ici… <br />(Pour les captcha, je les ai désactivés pendant huit jours. J&#39;ai été noyée de spams. Je les ai réactivés. Non négociable, à moins que vous me proposiez une solutions alternative).

Laisser un commentaire