Récréation

A chaque jeu ses interdits, Darling, lui dis-je. Le sexe droit, il sourit. A pleine bouche, comme il me dévore, il sourit. Une main sur mon sein, l’autre sur mon cul, il sourit. Ce foutu jeu est loin d’être fini. L’adversaire est coriace, il a de la bouteille, et en a plaqué plus d’une au mur de ses envies.

Ses dents mordent ma chair d’indécente façon. Tout est indécent : l’hôtel, et son décor vulgairement sexuel, mes cuisses écartées grand, sa bouche presque sur mes reins, le champagne qui se réchauffe dans les verres, notre nudité libre, au delà de toute histoire.

Depuis vingt minutes, à chaque mouvement, il rampe et je m’éloigne, je le frôle et il revient, ma bouche s’approche et s’en retourne. Le sol nous appelle, sales mômes qui ont goûté le désir. Pour un peu, verte, je le chevaucherais, je le sucerais vorace, je le visiterais délicate.

Mais si mon genou plie, c’est à mon fessier qu’il s’en prendra, main qui claque, et petit bleu.

Indécent, il glisse un doigt entre mes fesses, et de surprise je rougis. Équilibre incertain, un pied frôle ma bouche, mon sein percute une fesse, deux sexes se happent, peaux moites, fin de la partie, écarlate il crie.

Twister n’est pas jouer.

Laisser un commentaire