Suite n°2 pour violoncelle seul, Bach

Et l’archet court, comme l’alcool dans ma gorge. Je suis dans l’entre-deux-monde, ni elle ni moi, pas  à vous et pourtant en terre conquise, comme si mon ventre devinait la force de votre sexe, comme la corde frémissante, et le souffle de la musicienne. A temps décalé, elle soupire à mon oreille, l’épaule musclée qui guide, le dos tendu qui accueille entre  ses cuisses les courbes boisées. J’ai toujours eu cette fascination pour les violoncelles. Et les contrebasses, foutredieu, ces corps à escalader, empoigner, faire vibrer, ce long manche qui emporte et détermine et les à-coups, et les pincements, les cris mélodieux ou les incontrôlables envolées, l’homme du blues qui part dans un voyage solitaire, je suis mi, je suis la, je suis la basse et la caisse de résonance, je suis musique et je suis silence.

La première note étire mon sourire vers votre bouche, grave, affamée, il y a le manque et l’envie, il y a le temps, et le dièse qui nous tempère, mais rien, rien n’arrête ces lèvres voraces vers mon cou, ma gorge dégagée de toute étoffe, moyenâgeuse et presque indécente, entre les brocards et les soieries des hanches. Sous les jupons, déjà une main s’invite, entre l’écarlate velours de ma chair, visite charnelle, possession, une véhémence presque rageuse, un fracas de notes, il n’y a pas de légèreté, il y a l’urgence, et votre sexe tendu, violacé, votre sexe en bois et crin, qui fait chanter mes reins, vos mains qui me renversent et s’accrochent à mes hanches, votre gland impatient qui s’engouffre en moi, votre bouche qui mord mon omoplate, et cette jouissance généreuse, en trois coups assenée, votre râle de plaisir qui se perd dans mes cheveux, la  complainte haletante d’un violoncelle enchanté.



Et la musique qui l’accompagne : http://www.deezer.com/track/63571945

3 Comments

  • Bonsoir, Nora Gaspard<br /><br />C&#39;est écrit très a chaud… On sent votre trouble dans ces lignes, et il ne peut que se transmettre, troubler vos lecteurs, hélas éloignés de vous, et que vous faites vibrer de loin, comme vibrent les cordes non directement sollicitées par le jeu des harmoniques…<br /><br />Archet de vos mots, interprétant la partition de vos pensées, avec sensibilité et

Laisser un commentaire