Vous dire


J’avais envie d’écrire, les baisers des sans-le-sou, les amours gratuites, et les vocables doux.

J’avais envie de vous raconter l’amour et l’eau fraîche, l’abandon choisi, et les plaisirs à deux balles.

J’avais prévu même de vous parler poliment, sans vous brusquer, juste pour échanger quelques mots du soir, le désir avant l’heure, votre peau contre la mienne, un baiser langoureux dans une cuisine en désordre, entre la branche de céleri et la poire au gingembre.

J’avais imaginé deux ou trois choses comme ça, des mots qui traînaient dans ma tête, des doigts qui goûtaient mon sexe, des yeux perdus sur mon sein, un membre qui fouille mon ventre, une verge jouissante.

J’avais aussi des choses à vous dire, le trouble et l’émoi, le désir encore, mon sexe qui se languit de vous, mes incertitudes et mon manque d’audace, ma timidité parfois, et puis l’appétit de votre regard, votre peau tramée de vie, mes petites morts sous vos doigts, ma bouche autour de vous, et la joie, et l’oubli…

J’avais envie mais j’ai vu votre bouche s’entrouvrir, j’ai vu votre langue humide, j’ai senti votre main contre mes reins, et vos doigts accrochant ma fesse, et votre bassin contre le mien, et votre sexe qui se dresse.

Alors je me tais, par peur de vous décevoir.

6 Comments

  • Encore une fois envoûté par ces mots qui tremblent sur la peau, qui tissent le désir, là devant soi, à portée de mains, d'yeux et de bouche. Merci pour ce dévoilement.

  • Ma lecture de vos mots se termine par un grand sanglot…<br />encore merci pour toutes ces émotions.

  • ….et l&#39;étoile illumine les regards aimantés des amants rencontrés dans la nuit du net.

  • style très intéressant, émotions à fleur de peau, c&#39;en est presque palpable…<br />Pour ma part, un blog à suivre…

  • Texte de velours. La griffe est quelque part. En vous ou en lui. Ou se partage dans la salive.Encore!<br />N.H<br />

Laisser un commentaire