Qalerie

En entrant à gauche, il y a les statuaires. Les corps athlétiques aux muscles bandés et les moelleux doux confortable. Les hommes au sexe gros, ceux d’autres qualités. Les femmes, blondes aux seins discrets, brune au sein lourd, jeune vierge hésitante, intrépides mères, une femme qui rit, suspendue au plafond. Les corps souvenirs. Les comètes filantes à petite étincelle, les planètes de mon système.

Plus loin, les tableaux, toutes époques confondues. Tu verras l’art naïf et la jeune fille en fleur, offrant son cul par amour, tu verras l’ère tendre des femmes, la douceur des peaux velours, une représentation jonchée de draps de coton teinté d’eau d’abricot. L’époque rouge et puis la verte, la levrette libertaire et l’onanisme des mois d’hiver. Les chefs d’œuvre de fantaisie sont ici soigneusement exposés : on pare de silence les nuits de belle étoile, on baisse la musique pour entendre les râles de jouissance. Le visiteur est parfois même invité à s’immiscer dans l’envie, à main ou bouche. Nos plus beaux tableaux sont dans la pièce bleue : “Le trio harmonieux” fait face à “L’amant cheval” et “La fessée”, “Ce que femme veut” est juste à côté de “Voyage au bout de la Nuit”.

Les mots d’auteurs enfin, l’abstract de la chair, l’image douce ou le rut, te sont offert dans la salle ronde carmin. Pour y prendre goût, je t’invite à t’allonger sur le sol, les textes défileront projetés sur le plafond. Tu auras peut-être dans la tête une musique légère, le rythme de mon désir, et dans les doigts ton sexe enflera. Parfois même, tu seras pris toi-même d’une délicieuse lubricité, roulant ta langue autour du sein d’une femme qui passait là, ou t’asseyant délicate sur un sexe offert. Tu verras souvent de ces élans de libido, et des corps libres qui s’octroient un rêve de plaisirs, de ces ruts généreux, où les chairs emmêlées sont magnifiées par de fines perles de sueur, luttant, parfois, encore, contre de rares sursauts de bienséance. Tu verras des femmes qui jurent à la jouissance, des hommes qui explorent leurs propres folies, des couples tendres et des inconnus joyeux. Tu verras le plaisir.

Au fond, si tu oses, tu verras un peu d’amour, à ses formes multiples. Cendres dorées ou fruit gorgé de soleil, poudre de magie d’été ou roadtrip au long cours. Ne t’approche pas trop, ce sont là mes appartements privés.

En revenant, emporte un peu de joie. De ton voyage dans ma tête, verras-tu le soleil ?

Laisser un commentaire