Dick

Mon désir est grand. 

J’ai goûté les amants d’un soir ou d’un matin, les presque inconnus, les femmes fragiles ou trop belles pour moi. J’ai aimé plus vieux, plus jeune, plus expérimenté dans des univers qui ne sont pas les miens. J’ai été Mata Hari et Lolita, petite chose sauvage et Madame Nora. J’ai aimé sans retour, j’ai baisé sans amour, j’ai eu un sex-friend et même un mari.

J’ai parfois joui trop vite, et parfois pas du tout, J’ai connu cette extase infinie de donner joie au corps aimé bien plus qu’à soi. J’ai joui seule, parfois avec mes doigts, j’ai vu du beau porn et du laid sexe, j’ai lu les mots crus et les délicatesses. J’ai partagé mes amants avec d’autres, j’ai couché avec des amis. J’ai aimé à plusieurs, j’ai toléré parfois – rarement- dormir dans le même lit.

J’ai respecté souvent les choix de mes amants, même à corps défendant. J’ai enfanté, j’ai avorté, j’ai divorcé. J’ai fait des projets d’une nuit, j’ai tenté l’amour, j’ai même eu plusieurs vies. J’ai écrit un peu tout ça et aussi plein d’autres choses, que je ne connais pas.

J’ai adoré ma vie, et j’ai peu regretté. Et surtout : je n’ai pas fini. 

Tu crois que j’ai écrit sans vivre ? Détrompe-toi.

Tu crois que j’ai tout essayé, tout appris de l’amour et du sexe, et que je n’ai plus rien à découvrir ? Détrompe-toi.

Tu crois que cela te donne un droit de regard sur ma vie et un droit de cuissage sur mon cul ? Détrompe-toi.

Tu crois que je me prive, d’y renoncer parfois ? Détrompe-moi… Je sais peser l’âme, entre remord et regret, et choisir les brûlures de l’enfer, ou l’éclat du paradis.

Eveiller mon envie de sexe, tu sais, c’est facile.  Me donner la confiance de partager mon corps avec toi, ne fût-ce que quelques heures, ça l’est beaucoup moins.  Es-tu prêt à entendre que je ne voudrai peut-être pas bouleverser toute ma vie pour toi ? 

Qu’as-tu à m’offrir que je ne connais déjà ? As-tu le courage de la tendresse ? As-tu l’appétit du sexe ? Crois-tu être assez imparfait, incertain pour me plaire ? Sauras-tu me laisser te quitter avec élégance, le moment venu ? Sauras-tu gérer mon silence, si je ne veux t’associer à ma vie ? Sauras-tu rester l’ami après avoir joui ? Quel rôle est tu capable de jouer sans me réduire ? 

Et toi, ce soir, qu’as-tu à partager hormis la photo mal cadrée de ton sexe droit ? 

1 Comment

Laisser un commentaire